Bienvenus sur le site d’Ikigaï !

Je m’appelle Violaine Capet et j’accompagne ceux qui veulent retrouver du sens dans leur vie professionnelle pour avoir la sensation d’être (enfin) à leur place dans le monde.

Mes clients ont en commun :

  • des valeurs fortes,
  • un réel besoin de se sentir utiles et de trouver un sens dans chacune de leurs actions–
  • des priorités humaines non négociables,
  • une conscience aiguë de la vie qui défile.

Et rencontrent également les mêmes difficultés pour :

  • respecter leur besoin d’équilibre,
  • trouver leur place dans le monde professionnel,
  • donner du crédit à leurs rêves et à leurs talents pour les réaliser,
  • faire un choix qu’ils appréhendent,

Et donc pour passer à l’action.

Si ce profil vous est familier, ressentez-vous peut-être la sensation désagréable d’une certaine forme de démission de vous-même, d’un recalibrage contraint de vos rêves.

Ressenti d’autant plus amer que vous vous surprenez souvent à penser que vous souhaitez sincèrement voir se réaliser ceux de vos enfants.

Que s’est-il passé ?

D’abord, je crois pouvoir affirmer que notre culture n’associe pas naturellement épanouissement et argent.

Rappelez-vous le monde assez noir que l’on nous proposait sur les bancs de l’école primaire, à travers deux modèles de vie incarnés par la Cigale et la Fourmi.

A travers cette fable, nous avons été inconsciemment sommés de choisir notre camp et de prendre bonne note des conséquences d’une existence mue par la notion du plaisir puisque, rappelez-vous, la cigale finit seule, affamée, grelottant dans une bise mortelle.

Bon, généralement ça laisse quelques traces et cela entache même un peu notre jeune âme d’explorateur.

Et puis la société de consommation, fondée sur la peur de manquer, fait le reste : on a fait de bonnes études, pour décrocher le bon job, on s’adapte – voire on se sur-adapte – on commence par de petits compromis, qui sans cesse s’accentuent, on s’accroche à sa « carrière » dont le seul intérêt devient progressivement de capitaliser pour une bonne retraite.

C’est alors que l’on réalise – si l’on on est un tant soit peu honnête – que l’on a silencieusement trahi nos rêves et que l’on a fini par endosser le costume de la fourmi.

Nous sommes si nombreux à avoir fait de notre mieux pour cocher une à une toutes les cases du catalogue d’une vie épanouie au travail et à avoir fait le constat qu’elles ne sont qu’une façade.

Et nous sommes encore nombreux à constater qu’un bilan de compétence ou que le témoignage d’un directeur financier reconverti en prof de yoga constituent de pauvres palliatifs pour s’autoriser à prendre une autre voie !

Si vous avez lu mon parcours, vous avez pu constater:

  • à quel point le chemin a été long pour moi,
  • quel temps j’ai passé à lire des centaines de livres,
  • comment j’ai contracté une « diplomite aigue », maladie – soit dit en passant -particulièrement connue des HPI,
  • que j’ai d’abord emprunté une voie, puis une autre et encore une autre,

Pour passer par la seule qui fait réellement avancer :

  • passer par moi-même,
  • m’autoriser à réfléchir à un projet à ma mesure qui me ressemble et m’équilibre, et
  • enfin oser me mettre en action.

Car la bonne nouvelle c’est que si le rôle de la Cigale ou de la Fourmi ne vous convient pas, il est possible de « tout vouloir concilier » aujourd’hui.

Ce qui pouvait être autrefois perçu comme une preuve d’immaturité, ou une pensée déraisonnable est aujourd’hui possible grâce à la méthode que j’ai construite à travers mon expérience et aux exponentielles possibilités qu’offre internet.

Mon accompagnement s’inspire très largement du mode de vie heureux des centenaires de l’archipel d’Okinawa, lesquels vivent selon leur Ikigaï.

Intraduisible en français car étranger à notre mode de pensée, la notion d’Ikigaï correspond à notre « raison de vivre » et prend donc en compte tout ce que nous sommes :

  • ce que l’on aime (ce qui nous donne de l’énergie, nous permet de nous sentir en vie),
  • ce pour quoi on est doué (nos « forces naturelles » avec lesquelles nous sommes nés),
  • quelle forme de contribution on peut apporter au monde (à notre échelle), et
  • de quelle manière on peut créer de la valeur et donc en vivre !

Profondément connectés à ce qui correspond à « leur raison d’être sur terre », ces japonais ne connaissent pas les vicissitudes d’une vie faite de frustrations et d’impératifs contradictoires ; ils vivent en accord avec eux-mêmes, équilibrés, heureux et vieux.

Bref, ils ont réussi ce à quoi secrètement nous rêvons.

Les accompagnements que je vous propose s’étalent dans le temps et nécessitent une réelle implication de votre part (oui, je préfère le préciser d’entrée de jeu : je ne souhaite pas faire partie des coachs qui « vendent du rêve », j’ai trop de respect pour le genre humain et pour moi-même pour m’adonner à ce type de promesse très webmarketée).

Je ne vais pas tant vous apprendre des choses que vous accompagner à trouver votre chemin, votre ikigaï, à votre rythme, avec vos talents (qui sont beaucoup plus grands que vous ne l’imaginez et qui ne demandent qu’à être mobilisés), vous mettre en lumière et en action.

Je vous invite à prendre connaissance des témoignages et expériences de mes clients :  vous offrir ce coaching est le voyage le plus dépaysant que vous aurez entrepris et celui dont vous serez le plus fier !

Si vous souhaitez que nous fassions connaissance, si vous avez des questions, si vous voulez savoir si je suis la bonne personne pour vous accompagner et si vous êtes la bonne personne que je sais pouvoir accompagner, rendez-vous sur la page dédiée à la demande d’une séance découverte (gratuite).