Découvrir le projet professionnel qui me ressemble (2/3): Pourquoi candidater massivement n’est pas LA solution

Candidater efficacement en France implique une chose à laquelle on s’applique très scrupuleusement lorsqu’on est amené à rédiger une lettre de motivation : coller strictement au profil recherché.

Et ce profil s’avère très généralement être celui d’un expert avec un grand E.

Idéalement, il a fait toutes ses études en E, dans la filière spécialisée formant les meilleurs E, après un bac en E mention très bien. Après plusieurs stages en E, il a intégré un poste de junior en E, espérant devenir le plus rapidement possible un senior en E.

L’expert en E vit, mange et dort en E.

Il a des lectures en E, voit des films en E, est actif sur les réseaux sociaux sur tous les thèmes sous thèmes du E.

C’est en quelque sorte une personne fiable en E pour le service RH qui voudrait l’embaucher.

Si vous ne correspondez pas à ce profil en E (vous pouvez évidemment remplacer le E par n’importe quelle spécialité ou lettre de l’alphabet), la vie en entreprise sera toujours plus difficile pour vous et la recherche d’un emploi qui vous épanouisse un plus grand challenge encore.

Vous aurez beau être passionné de lettres très voisines du E ; avoir établi des connexités très intéressantes entre elles, être passé maître dans l’art de décliner ses différentes tonalités en é, è, ai, ei, et, ey , vous n’aurez d’autres choix que de vous contorsionner pour avoir l’air d’un E, mettre le masque pour justifier d’une légitimité à postuler sur un poste en E .

Pour les multipotentialistes que j’accompagne, mettre le déguisement est douloureux et le sentiment d’injustice très fort car ils auraient tellement de choses à imaginer, à proposer, à entreprendre sur la galaxie du E, qu’il leur est difficile de concevoir qu’une seule météorite, indépendamment du système qui l’abrite demeure le seul et unique champ d’investigation de ses recruteurs.

Pour m’être quelquefois prêtée à l’exercice, je peux moi-même témoigner du caractère acrobatique et de la tournure cocasse qu’il peut prendre.

Si la culture anglo-saxonne valorise la reconversion d’un homme de théâtre dans la finance (et réciproquement), cet enchaînement sémantique et donc professionnel est inimaginable en France.

Alors on remanie le CV, on oriente la lettre de motivation vers tout ce qui (découvertes, expériences, convictions profondes) est susceptible de remplacer (en mieux) une seule et unique expertise (que l’on n’a pas complètement).

Cette méthode, pleine de bons sentiments, qui détient sa propre logique en même temps qu’elle témoigne d’un réel potentiel pour celui qui la déploie, est – vous l’avez peut-être remarqué si vous vous êtes déjà adonné à cet exercice – très peu payante.

Mais lorsque l’on se sent à l’étroit dans son job, que l’horizon s’avère peu palpitant et que l’on cherche une porte de sortie pour tenter enfin de faire bouger le monde dans le bon sens… ça reste pourtant le plus court chemin.

Tout cela, et plus encore, je l’ai bien sûr moi-même vécu.

J’ai passé de longues heures à rêver qu’un rond pouvait entrer dans un carré – référence désormais célèbre depuis le film Le grand bain – en repaginant mon CV ou en écrivant des lettres fleuves ponctuées d’envolées lyriques à l’attention de mes potentiels recruteurs.

Et puis un jour, j’ai senti que j’étais prête à me respecter telle que j’étais, prête à refuser ces entrainements de contorsionnisme, prête pour décider que rien, ni même une retraite sécure ne suffisait à justifier 80.000 heures passées à travailler pour la seule planète E alors que le bon sens voudrait qu’elle soit appréhendée dans la galaxie de l’alphabet.

Ce retour vers soi-même est la seule solution pour s’entendre dire, à l’instar de la conclusion du film cité mettant en regard géométrie et humanité : « Il est désormais une certitude que personne ne pourra remettre en question, pour peu qu’on en ait l’envie : un rond peut rentrer dans un carré ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *