Passez de l’idée à la réalité

Pour découvrir et vivre de mon Ikigai, il m’a fallu 5 bonnes années.

Le temps d’apprendre à me poser les bonnes questions
(« quelles sont mes valeurs, de quoi ai-je besoin pour être vraiment heureuse, … ? »)

Le temps de me donner le droit de ne plus être réductible à un CV
(« de quoi ai-je envie de me nourrir, qu’ai -je envie de transmettre, … ? »)

Le temps d’oser prendre le risque d’être moi-même, de me lancer et de développer mon activité !

Passer de l’idée à la réalité est un cheminement.

Si vous faites partie de celles (salariée, fonctionnaire, collaboratrice…) qui ne conçoivent pas le travail comme le fait de sacrifier 80.000 heures de leur vie mais comme la possibilité d’apporter sa contribution au monde en gagnant sa vie, ce test est pour vous.

1.Je sais que ma vie professionnelle pourrait être plus palpitante mais être salarié(e)/fonctionnaire/collaborateur me sécurise et c’est cette sécurité qui me permet d’aller explorer d’autres aspects de ma vie
2.J’ai une activité libérale (avocate, expert-comptable, notaire, médiateur, consultant…) mais je travaille comme une salariée. Dans l’idéal, je voudrais me lancer pour travailler à ma manière, mais j’ai peur de ne pas réussir.
3.Pour l’instant, j’ai surtout besoin (une seule réponse possible):
4.Je sens qu’il faut que je bouge quelque chose dans ma vie mais je ne sais pas précisément quoi et dans quel ordre
5.J’ai besoin de savoir s’il existe un projet qui me ressemble et auquel j’aurais envie de me consacrer sur la durée!
6.J’aimerais changer de job mais j’ai peur d’être déçue. Si je change, ce n’est pas pour plus d’argent. C’est pour plus de liberté, plus de sens et « plus de moi-même ».
7.Au fond, si je suis honnête avec moi-même, je me dis que mes diplômes m’ont surtout permis d’obtenir un job sécure. Aujourd’hui j’aimerais trouver la sécurité en moi-même.
8.Mes diplômes ont joué pour moi le rôle de « laisser passer ». Puis, d’une certaine manière, ils m’ont enfermée. Aujourd’hui, je voudrais m’en libérer pour aller explorer
9.M’investir pour un projet qui me tient à cœur, à mon rythme et à ma manière, ça serait l’idéal …) mais lequel ?
10.Quitter mon job me donne le vertige, attendre la retraite me semble suicidaire. Je n’arrive plus à mettre le masque
11.J’ai l’impression que j’ai passé ma vie à survoler les choses, à m’être adaptée aux événements et à mon entourage, mais que je n’ai pas encore vraiment commencé à vivre…pour moi
12.Je pense qu’il ne me faut plus grand chose pour passer le pas et quitter mon job mais je ne sais pas par quoi commencer
13.J’ai peur que mon employeur refuse une rupture conventionnelle.
14.J’ai peur de me lancer car je veux pouvoir avoir du temps pour moi. Si je me lance, c’est pour choisir de me consacrer à ce qui me plait vraiment, et à mon rythme.
15.Ce qui serait idéal, c’est de me lancer en gardant mon boulot dans un premier temps
16.Idéalement, j’aimerais avoir très bien négocié ma rupture conventionnelle et savoir très exactement ce que je peux réussir pour passer à l’action. Mais vivre tout cela m’angoisse à ce jour.
17.Si je pouvais dans le même temps : être protégée par un médecin le temps d’y voir clair, bénéficier des conseils d’un coach, et voir mes intérêts défendus par un avocat, …. je serais prête à envisager une rupture conventionnelle pour un projet auquel j’ai vraiment envie de consacrer du temps
18.Me lancer ? Très peu pour moi, y penser me donne littéralement le vertige… même si je n’ai pas encore trouvé chaussure à mon pied… et que je me pose beaucoup de questions…
19.Je crois que je tiens mon idée, celle qui a vraiment du sens pour moi mais soyons réaliste, la concurrence est rude et, objectivement, « qui suis-je pour faire vraiment LA différence ? »
20.Me lancer me fait peur mais je sais que le travail serait de meilleure qualité et aurait plus de sens si je le faisais à ma manière.
21.J’en ai assez des formations, je serais prête à payer pour avoir un travail sur mesure
22.Idéalement ce n’est pas un nouveau poste que je recherche, mais ma mission de vie.
23.Idéalement, j’adorerai pouvoir être libre de construire mon projet mais je ne veux pas du statut d’entrepreneur(e),
24.J’aimerais qu’il existe une alternative au choix qui consiste à choisir entre une vie professionnelle sécure mais qui n’a plus de sens ou une vie professionnelle épanouissante qui me permette à peine de vivre
25.« Ne plus vendre mon temps à ma boîte pour l’investir dans un projet qui a du sens pour moi, j’y pense bien sûr ! » Mais pour passer à l’action, voilà LA question prioritaire à laquelle je dois répondre en ce moment :
26.Quand j’y pense, trouver « mon truc », « ma voie », « mon projet », ça me rendrait très fière.